Comment un psy peut-il nous aider ?

A lire également : Tout savoir sur le kéfir et ses bienfaits

Quo vadis ?

Ceux qui ont besoin de se tourner vers un spécialiste de la santé psychique, se retrouvent souvent dans l’état d’avoir à faire place dans la jungle de psycho-quelque chose pour comprendre qui Exactement pourrait l’aider. La question pressante est, où aller ?

La première question est de savoir s’il faut se tourner vers un psychologue ou un psychiatre. La plupart des gens savent maintenant que le psychiatre est « celui qui prescrit des médicaments » et porte le manteau blanc, tandis que le psychologue… non (pas de drogue et pas de chemises).

A voir aussi : Quelles sont les 10 meilleures mutuelles santé ?

Mais qu’est-ce que ça veut dire exactement ? En quoi ces deux chiffres diffèrent-ils ? Qui est-il préférable de contacter ? Est-il préférable d’une pharmacothérapie ou d’un traitement psychologique ?

Dans cet article, je vais clarifier les différences entre psychologue et psychiatre, afin que ceux qui cherchent de l’aide puissent choisir le chemin qui lui convient le mieux.

Identikit psychiatre : l’approche médicale

Le psychiatre est un médecin spécialisé en psychiatrie. De cette éducation médicale vient une vision organiciste du cerveau. Pour le psychiatre, le trouble est dans le cerveau ; et il consiste essentiellement en un déséquilibre entre les cellules neuronales qui se produit selon des modalités spécifiques en fonction de la pathologie. En tant que médecin essaie de rétablir l’équilibre perdu grâce aux médicaments psychotropes.

Ces substances, qui ont grandement révolutionné la médecine, agissent directement sur le cerveau et ont été étudiées pour provoquer une régression des symptômes. Nous pouvons diviser les médicaments psychotropes en trois grandes familles : les antidépresseurs, les anxiolytiques et les antipsychotiques.

Simplifier, nous pouvons dire que les médicaments psychotropes soit tirer vers le haut (antidépresseurs), ou tirer vers le bas (anxiolytiques), ou tirer « dans » (antipsychotiques) .

Dans la pratique, si la personne a des problèmes avec la dépression, des médicaments seront donnés pour le tirer vers le haut, si au contraire il souffre de l’anxiété ou de la manie médicaments pour le sédater, si elle a un trouble de la pensée médicaments pour contenir des échappées psychotiques.

La pharmacothérapie comprend généralement au moins deux ou trois médicaments, de sorte que les effets de chacun combiné avec d’autres produisent les résultats souhaités.

Généralement, les médicaments effectuent une action sédative et le confinement des manifestations symptomatiques. Depuis les années 1950, quand ils sont apparus sur le marché mondial, les psychotropes ont été un énorme pas en avant en psychiatrie. Surtout pour le traitement des pathologies dont les symptômes les plus graves ont donné lieu à tel point que l’un des plus illustres psychiatres italiens, Vittorino Andreoli, n’hésite pas à les appeler « chemises de force chimique ».

Psychologue Identikit : l’approche humaniste

La formation du psychologue comprend à la fois des études du cerveau en tant qu’organe physique et des facultés cognitives. Une grande importance est également accordée à l’analyse du comportement humain et de ses motivations, ainsi qu’à la dynamique inconsciente.

Pour que le psychologue identifie un emplacement exact du trouble psychique, c’est comme se demander où est exactement l’âme. En ce qui concerne les causes des pathologies, la psychologie adopte un modèle multifactoriel appelé bio-psycho-social , où les facteurs biologiques héréditaires, et les facteurs psychologiques subjectifs, et les causes sociales Les patients externes contribuent avec l’apparition du malaise. Le La pathologie, souvent déclenchée par un événement stressogène, est donc le résultat de différents facteurs.

L’ intervention du psychologue se concentre sur la personne en tant qu’ unité psycho-physique , en tenant compte de son émotivité et des comportements qui alimentent la pathologie, ainsi que de sa famille, de son travail et du contexte relationnel en général. Nous essayons d’identifier les schémas de comportement redondants qui alimentent le trouble, identifier les ressources déjà disponibles chez la personne pour faire face aux difficultés ou ils sont construits lentement, ce qui leur fait expérimenter de nouvelles façons de penser et d’agir plus adaptatives.

Si l’outil de travail du psychiatre est la psychodrogue, alors celui du psychologue est le mot . Grâce à l’entrevue clinique, le psychologue tente d’offrir des moyens alternatifs pour déchiffrer la réalité, suggérant au patient un regard différent sur le monde ; pourquoi, comme Proust a écrit : « Le vrai chemin de la découverte n’est pas de chercher de nouvelles terres, mais d’avoir de nouveaux yeux ». Le psychologue au cours des séances guide progressivement la personne à la découverte de lui-même, révélant la dynamique qui caractérise sa vie. Ce parcours conduit à l’acquisition d’un plus grand degré de conscience, et donc à un changement des comportements dysfonctionnels.

Un autre élément très important dans le processus de changement psychologique est la relation . Selon des études faisant autorité, quelles que soient les approches utilisées par les différents psychologues, c’est précisément la relation le facteur réel de soins, la relation humaine qui est établie entre psychologue et patient pendant le chemin.

Psychiatre vs psychologue

Lorsqu’ on se demande si le traitement psychiatrique ou psychologique est meilleur, on peut répondre qu’il n’y a pas de meilleur chemin absolu. Cela dépend de l’affaire en question.

Généralement, le psychiatre s’adresse à ceux qui ont une pathologie plus grave, caractérisée par des symptômes aigus. Le psychologue clinique est plutôt appelé à intervenir à la fois dans les cas où il y a une pathologie, à la fois pour soutenir des conditions de malaise qui ne sont pas nécessairement exprimées par des symptômes précis. Comme dans le cas des problèmes du couple ou des membres de la famille, les difficultés momentanées auxquelles la personne ne peut pas faire face (comme le deuil, le divorce, les problèmes scolaires), les aspects de son caractère ou de son comportement Ils aimeraient changer etc… Ainsi, le champ d’action du psychologue est plus large que celui du psychiatre, qui reste plutôt confiné à la psychopathologie.

Selon le cas, une intervention psychiatrique , de sorte qu’elle utilise une pharmacothérapie, est indispensable. Lorsque la pathologie a atteint une telle gravité pour le rendre impossible tout progrès psychologique devient une thérapie médicamenteuse nécessaire visant à réduire l’impact que les symptômes peuvent avoir sur les fonctions psychiques ainsi que sur la vie (intérieure, sociale et professionnelle) de la personne.

La psychiatrie signifie « prendre soin » ; en fait, parfois, le psychiatre est appelé plus qu’à guérir pour s’occuper de ces situations les plus difficiles — pas par hasard il y a ceux qui définissent la psychiatrie « la science triste ».

Dans d’autres cas, une intervention médicamenteuse devient la seule option viable. Par exemple, lorsque la personne, parce qu’elle est trop âgée ou trop psychiquement compromise, n’a pas la capacité de verbaliser, d’analyser ou d’introspecter. Ou lorsque la personne, même s’intègre cognitivement, refuse d’entreprendre un travail sur elle-même, optant pour une prise de drogue moins fatigante.

Enfin, pour les questions économiques, puisque la pharmacothérapie est moins coûteuse que psychologique. À ce jour, grâce à la crise économique — qui est un facteur déclencheur de l’apparition de maladies psychiques — environ 17 millions d’Italiens souffrent de problèmes psychiques. Et ceux dans des conditions d’étroitesse économique développent une psychopathologie sont obligés de se traiter par des médicaments psychotropes.

Le parcours psychologique, en plus d’être économiquement plus coûteux, est également plus difficile du point de vue humain. Alors que dans la pharmacothérapie, la personne est passive et prend simplement une pilule, dans la psychologie, il fait partie active d’un processus de changement. Si la thérapie médicamenteuse « vous prenez » le psychologique « vous faites ». Même avec Freud redivisé en psychanalyste, personne n’obtiendrait aucun résultat s’il ne décidait vraiment de s’engager dans un processus de changement.

Au cours des séances, la personne, aidée par le psychologue, entreprend une véritable découverte de lui-même : analyse sa vie, son comportement, essaie de comprendre selon quelles pensées ou convictions agit, identifie ce qui alimente le problème qui l’aggrave et découvre les ressources qu’elle possède pour traiter avec elle. La tâche du psychologue est d’aider le patient à comprendre les comportements qui ont produit la situation problématique et de les changer avec d’autres plus sains et adaptatifs. Apprenez-lui à reconnaître son biais cognitif, à lui offrir un point de vue extérieur, à suggérer des alternatives de pensée et d’action, à le soutenir et à l’aider dans la réalisation de lui-même.

Cerveau/esprit

Si le psychiatre agit au niveau physique (sur le cerveau), le psychologue agit au niveau psychique, c’est-à-dire sur les facultés mentales. Travaillant sur le plan cognitif, émotionnel et comportemental, Le psychologue produit, à la fin du cours, les mêmes changements neuronaux que les médicaments psychotropes. Mais par une méthode différente, pas chimique.

Comment est-ce possible ? Voici une brève explication.

Le cerveau, qui est de loin l’organe le plus complexe et le plus fascinant du corps humain, change selon les expériences que nous faisons , et répond à nos comportements produisant différentes substances. Ainsi, nos pensées et nos comportements déterminent leur équilibre chimique — et donc aussi les déséquilibres. En pratique, le cerveau de chacun de nous reflète notre unicité, car il est formé à travers nos expériences individuelles. C’est comme si nos caractéristiques personnelles étaient sédimentées dans notre cerveau.

En fait, le cerveau d’une personne souffrant de dépression est différent de la norme. En particulier, il a été constaté que les niveaux d’une substance appelée sérotonine (un neurotransmetteur) sont inférieurs à la moyenne.

Le psychiatre , agissant sur le cerveau, avec des médicaments appropriés (antidépresseurs) rétablit les niveaux normaux de sérotonine.

Le psychologue agit plutôt au niveau mental, et modifie la chimie du cerveau suivant un chemin différent. Grâce à l’entretien clinique, en utilisant la parole et la relation, le psychologue induit progressivement le patient à expérimenter la réalité différemment et ainsi à changer son propre comportement. Par exemple, il pourrait pousser le patient hors de la maison pour lutter contre l’auto-isolement dans lequel ceux qui sont déprimés ont tendance à s’enraciner.

Souvent, les pathologies sont comme des prisons, des cercles vicieux où les gens finissent par être pris au piège. Par exemple, plus une personne est déprimée, plus il a tendance à s’isoler, et plus il s’isole, plus il grandit dépression. Au niveau du cerveau, cela conduit à une baisse supplémentaire des niveaux de sérotonine, ce qui entraîne un état émotionnel de souffrance qui provoque l’entrée de la personne encore plus à la maison. Tout comme un serpent qui mord la queue, la souffrance génère plus de souffrances.

L’ intervention du psychologue consiste précisément à inverser ces cercles vicieux pathologiques qui alimentent la pathologie, en aidant la personne à changer les pensées et les comportements pathogènes avec d’autres plus adaptatifs. En mettant en mouvement des cercles vertueux, qui génèrent le bien-être, vous obtenez le rééquilibrage des niveaux de sérotonine tant recherchés par le psychiatre ; mais sans drogue.

En pratique, alors que le psychiatre travaille comme un mécanicien sur le moteur de la voiture (le cerveau), le psychologue parle au conducteur (le patient), pour lui faire apprendre à conduire correctement sans aller claquer et sans faire fondre moteur.

Généralement, ceux qui suivent un traitement médicamenteux ne suivent pas de traitement psychologique, croyant que l’un exclut l’autre. Complice de la question cartésienne séculaire du dualisme esprès-corps, qui tend à distinguer catégoriquement entre res cogitains (réalité psychique) et res extensa (réalité physique), psychologue et psychiatre ont tendance à se croiser peu fréquemment, et les deux figures sont perçues comme dans l’antithèse. Comme s’ils avaient affaire à deux mondes complètement différents. Mais, comme nous le verrons, Descartes était dans l’erreur : les deux approches peuvent se compléter, et le patient peut bénéficier d’avantages considérables d’un traitement intégré (twist !).

La meilleure approche : psychologue et psychiatre en tandem

Je me demande si le déséquilibre neural est la cause d’un trouble psychique ou si ce sont des pensées et des comportements pathogènes qui causent Ce déséquilibre est comme se demander si l’œuf ou le poulet est né en premier. L’esprit et le corps sont étroitement interdépendants. Le cerveau et ses fonctions sont fermement liés aux pensées et donc aux comportements que la personne agit alors. Les approches psychiatriques et psychologiques ne sont donc pas antithèse. Non seulement cela : toutes les études les plus autoritaires conviennent d’indiquer à quel point un traitement intégré le plus efficace, dans lequel le psychiatre et le psychologue collaborent, avec leurs différents outils, pour le bien-être de la personne. D’autre part, il existe un pont entre les deux mondes — apparemment distincts — et c’est le manuel de diagnostic de référence (DSM), écrit précisément pour permettre un dialogue entre les différents professionnels.

Un traitement intégré présente les avantages incontestables des deux approches.

En fait, pour un psychologue, il peut être difficile d’intervenir lorsque la pathologie a atteint un état de gravité telle qu’il a sapé les facultés psychologiques de base de la personne. Dans ce cas, une intervention pharmacologique peut servir à atténuer rapidement et contenir les manifestations symptomatiques les plus aiguës, de sorte que vous pouvez commencer à travailler sur la récupération ou la récupération dès que possible. création des ressources nécessaires pour traiter les problèmes d’origine de la pathologie.

D’ autre part, il est tout aussi difficile pour un psychiatre d’aider une personne à se débarrasser des symptômes, se débarrasser du problème sans d’abord le comprendre : c’est comment lutter contre les moulins à vent. Dans la mesure où la pharmacothérapie est correcte, jusqu’à ce que dans la vie du patient les conditions qui ont créé les symptômes existent, la pathologie ne se fanera pas, et le patient ne guérira pas. Dans ces cas, une intervention psychologique peut être utile pour comprendre quels sont les comportements qui alimentent la pathologie et qui à la place ceux qui peuvent créer conditions de bien-être.

Enfin, la prise de médicaments psychotropes peut avoir un effet secondaire particulier sur l’identité, indéfinissable et insidieux. Comme je l’ai observé dans ma pratique clinique, les patients qui m’ont été envoyés par des psychiatres présentent très souvent une sorte de « crise d’identité » : ils ne savent pas si leurs sentiments, émotions, humeur, sentiments, pensées et comportement dépendent de la drogue ou s’ils sont « authentiques ». Il crée ainsi un dilemme sans fin, dans lequel la personne se perd sans jamais arriver à la fin.

Encore une fois, un traitement psychologique peut aider la personne à retrouver ses propres expériences, sa propre identité.

Ce ne sont là que quelques-uns des domaines où un traitement intégré serait souhaitable. Appliquer différentes compétences, intervenant simultanément sur le moteur et le conducteur, peut être une excellente stratégie pour optimiser le changement et remettre la personne sur la bonne voie.

Par Dr Davide Lo Presti

Auteur de l’article : Dr. Davide Lo Presti — Psychologue

Ordre des psychologues de Toscane. Inscription au Registre N°6319

Tél. : 346. 76.48.810

Courriel : davidelopresti@alice.it

www. psychologue montecatini.com

Reçoit à Montecatini Terme (PT)

Pilule #54

Pilule #18

Pilule #21

Pilule #22

Pilule #11

Articles similaires
Show Buttons
Hide Buttons