Les risques et dangers de l’automédication

L’automédication est la prise de médicament sans avis du médecin. Cette manière de se soigner découle des informations que les concernés reçoivent via les médias presses, l’internet ou encore la publicité. Les personnes concernées jugent en effet inutile le fait d’avoir un avis médical pour guérir un mal dont ils se sentent capables de résoudre. Mais, ont-ils réellement connaissance des risques et dangers de l’automédication ? Découvrez cela dans cet article !

L’automédication, une pratique en pleine croissance

A lire aussi : Perte de l'audition, 4 métiers à risque à connaître

L’automédication est une pratique en pleine progression en France. En effet, près de 78 % des Français ont recours à l’automédication de plus en plus fréquemment. Pour eux, c’est juste pour se soigner en cas de rhinite, mal de dos, migraine ou encore maux d’estomac. Depuis 2008, les médicaments accessibles sans ordonnance ne font qu’augmenter. Aujourd’hui, ce nombre de médicaments accessible sans prescriptions médicales est déjà de l’ordre des 4 000.

Même si l’automédication est réputée pour guérir certains maux et permettre de désengorger le système sanitaire, il n’en demeure pas moins qu’elle peut être l’origine d’autres maux bien plus graves. Voici en effet ce à quoi vous vous exposez en adoptant ce mode.

A voir aussi : 4 maladies de peau dont vous n’avez jamais entendu parler

L’automédication, ses risques et dangers

Les dangers inhérents à l’automédication sont nombreux et principalement dans le cas où vous n’avez aucune notion sur elle. Elle peut aller jusqu’à entraîner des complications plus graves. Au nombre des risques encourus, il y a les risques dus au médicament, les risques liés à la prise du médicament. En ce qui concerne les risques liés au médicament lui-même, il s’agit de la méconnaissance de la composition du médicament, de la méconnaissance de sa toxicité et enfin du non-respect de la date d’expiration dudit médicament.

Pour ce qui est des risques en rapport avec la prise du médicament, retenez la méconnaissance des effets secondaires suivie de l’aggravation de l’état de départ. Il faut noter ensuite une probable erreur de posologie accompagnée de la non-prise en compte des allergies et des interactions médicamenteuses.

Quand le corps médical est impliqué

Ces risques précédemment libellés peuvent limiter le corps médical dans l’exécution de sa mission. En effet, l’automédication provoque un retard de diagnostic. Au fait, adopter l’automédication peut masquer certains symptômes et peut donc retarder le diagnostic de votre docteur. En outre, elle peut fausser l’interprétation des résultats biologiques. Cela dit, lorsque votre mal persistera après votre auto traitement, prenez la peine au moins d’expliquer à votre médecin les médicaments qui ont fait objet de votre automédication. Cela permettra un diagnostic aussi précis que possible.

Articles similaires
Show Buttons
Hide Buttons