Comment choisir une maison de repos ? Quelques indices !

Lorsqu’on a un parent ou un grand-parent en perte d’autonomie, c’est toujours un dilemme. On peut le maintenir dans son domicile avec éventuellement une personne qui l’assiste, mais ce n’est pas ce qu’il y a de mieux. Pour garder une interaction sociale, le choix de la maison de repos est bien plus approprié. Mais encore faut-il bien choisir la maison de repos compte tenu de la mauvaise réputation de ces établissements ces derniers temps. Alors, comment bien choisir une maison de repos pour un proche ? C’est tout de suite !

La situation

Il y a d’abord la situation de la maison de repos et de soins qui ne doit pas être choisie au hasard. Si vous décidez d’envoyer un proche dans ce type d’établissement, ce n’est pas pour qu’ils y finissent ses jours. Loin de là ! L’objectif est d’offrir à la personne un accompagnement approprié et un minimum d’interaction sociale. Et en tant que famille, vous vous devez de le visiter régulièrement pour lui faire comprendre qu’il reste dans votre cœur.

A voir aussi : Comment trouver une famille d’accueil pour une personne âgée ?

L’idéal serait donc de trouver une maison de repos à proximité de la famille. L’intérêt de cette proximité est de pouvoir s’y rendre en un rien de temps. Ainsi, en cas de besoin urgent d’un membre de la famille, on peut s’y rendre rapidement. Et avec un trajet court, vous n’aurez plus d’excuse pour ne pas rendre visite votre proche, ne serait-ce qu’une fois par semaine.

A lire également : Comment enlever la graisse du ventre rapidement ?

Le cadre de vie

Le cadre de vie est aussi d’une importance capitale. Certes, une bonne maison de repos ne doit faire aucune distinction sur les résidents. Par contre, tous les séniors internés n’ont pas les mêmes niveaux de dépendance. D’où l’intérêt de séparer les unités de vie en fonction des besoins de chacun. Comme vous pouvez le voir sur cet article à lire chez Metro, cette distinction des besoins est très importante pour personnaliser l’accompagnement de chacun.

D’un autre côté, il y a aussi l’intimité et le confort. Malgré un manque d’autonomie, une personne âgée a droit à un minimum d’intimité. Il doit donc avoir sa propre chambre et sa propre salle d’eau. Un petit salon pour recevoir la famille pendant les visites serait un grand plus. Mais l’idéal serait d’avoir une petite cuisine pour que le résident puisse rester actif s’il n’est pas contraint par ses limites.

Les soins et traitements

Il y a aussi les soins qui ne sont pas à négliger. Il faut une formation appropriée avant de travailler en maison de repos et de soins. Toutefois, malgré l’excellente attention du personnel, si l’approche proposée n’est pas adaptée, il n’y a rien à faire. Aujourd’hui, de plus en plus d’établissements privilégient les interventions non médicamenteuses. C’est bien mieux que les traitements purement médicamenteux.

Lorsqu’on parle d’interversion non médicamenteuse, on ne parle pas d’approches thérapeutiques très poussées. On pense à des activités très simples qui améliorent la santé mentale, émotionnelle et, finalement, physique. Des activités ludiques, beaucoup d’interactions sociales et des espaces de partages, c’est amplement suffisant pour éviter la sensation d’isolement et la dépression qui s’en suit.

Articles similaires